//  Morgane Frémaux  ///  +33 (0)6 68 93 58 15  ///  morgane.fremaux(@)wanadoo.fr  //

 

//  Artiste indépendante  /// n°SIRET  828 172 957 00015  //

 

 

Rekviem 

spectacle lyrique d'après Le Requiem de G. Verdi et  Le Requiem de Terezin, roman de Joseph Bor

création 2013

En 1944, dans le camp de concentration de Terezin, un chef d’orchestre décide de monter le Requiem de Verdi. Il parvient à rassembler de nombreux musiciens, et malgré des conditions de travail plus que précaires et des convois qui viennent régulièrement amputer son choeur, il mène son projet à terme.

31 mai 2013

Amphithéatre de l'opéra Bastille

Paris 11è

-

8 mars 2013

Festival ICI & DEMAIN

Théâtre 13 - Paris

-

6 décembre 2012

Nanterre sur scène #3

Théatre Bernard-Marie Koltès - Nanterre

-

29 juin 2012

Université de Paris 8

Saint-Denis (93)

 

DATES PASSÉES

Équipe artistique

Mise en scène et Dramaturgie

Lara Fenaille

Juan Pablo Villa

Anna Mezentseva

Gvantsa Lobjanidze

-

Scénographie et costumes

Morgane Frémaux

-

Direction Musicale

Guilhem Terrail

-

Accompagnement artistique

Carmelo Agnello

Giordano Ferrari

 

Rekviem est un spectacle lyrique dans lequel une formation composée de treize solistes, un petit choeur et un ensemble de chambre donnent à entendre non pas le Requiem de G. Verdi tel qu'il est donné en concert ou dans sa version liturgique, mais un Requiem découpé et reconstruit à travers le prisme du roman de Joseph Bor, Le Requiem de Terezin, nouvelle clé de lecture de la musique. 

 

La musique de G. Verdi est mise en résonnance avec des faits réels, rapportés par les historiens et par le romancier Josef Bor. Pour les détenus de ce camp de concentration, la partition de G. Verdi est un appui existentiel, un moyen de renouveler l’espoir dans un espace clos qu’ils s’approprient malgré une menace extérieure omniprésente. Le Requiem, qui est à l'origine une messe funèbre, devient alors une musique de résistance et d’espoir, rendant leur humanité à ceux qui le chantent.

 

La scénographie est construite sur le contraste entre emprisonement et liberté. Un décors blanc, en demi-sphère, sorte de cocon protecteur, est le lieu d'expression et de création tandis que  les quatre murs de la salle représentent l'enfermement dans un lieu clos. Une caméra fixe filme la porte de la salle, seul passage entre l'exterieur et l'intérieur. Ces images, à peine perceptible car dans la pénombre, sont projetées en direct sur une des parois du décor. Rekviem exploite le rapport de tension entre trois espaces imbriqués : l'exterieur, la salle et la scène.

 

Une vingtaine de chaises soulignent les états et les actions du groupe. Tantôt en arc de cercle pour des répétitions, tantôt éparpillées et renversées, tantôt amoncelées, elles témoignent du travail, de la construction et de la destruction. 

 

Choristes, solistes et musiciens, sont vêtus de vêtements sombres et informes. Ces corps sont déformés par leurs vêtements trop grands comme par leur histoire. Peu à peu, ces interprètes avides d'expression s'affirment et s'approprient le langage de Verdi. En s'exprimant à travers la musique, ils abandonnent leurs vestes et leur désespoir et dévoilent des vêtements plus colorés. Alors que tout était sombre et terne au début, le final est teinté de différentes couleurs qui se sont ajoutées le long du chemin parcouru.

L'atelier de Carmelo Agnello

atelier de dramaturgie et de mise en scène d'art lyrique

de l'Université de Paris 8

L’atelier propose un travail théorique et pratique à partir d’une œuvre du répertoire ou d’un thème qui est ensuite porté à la scène en fin d’année. Durant tout le processus, les participants sont invités à se poser la question de la présence du corps dans un espace spécifique qui est celui défini par le discours musical.

 

L'Atelier de Dramaturgie Lyrique de Paris 8 est composé d'étudiants de musique de Paris 8, mais aussi d'étudiants d'autres départements ou même d'autres institutions, quand le spectacle le nécessite. L'équipe de rekviem comprend ainsi des étudiants de théâtre, de cinéma et de philosophie, mais aussi des élèves de différents conservatoires de région parisienne. Une grande partie de ces étudiants a déjà participé à cet atelier les années précédentes, et le groupe a pu développer un fonctionnement propre, avec sa particularité de mise en scène plurielle. Le travail de cet atelier est ancré dans une recherche expérimentale, que ce soit lors des ateliers encadrés par des professeurs où dans l'autogestion du spectacle, pour les chanteurs comme pour ceux qui travaillent hors du plateau.